Les Oralies
Accueil
Le Conteur Amoureux
Vendredi
Sous l'Olivier
Samedi & Dimanche
Luigi Rignanese à la Baleine
Clôture
Laurent Daycard
En savoir plus...

En partenariat avec la Ville de Forcalquier "LES ORALIES, Festival de Contes", au cœur du Luberon. Le conte est affaire de transmission entre passé, présent et avenir.
Laurent Daycard

La Baleine qui dit Vagues

Il était une fois...

Galerie Photos 2009

Plan d'accès

Graphisme

Site Internet

Contacts

RECHERCHE :

  Il était une fois...

  Les Oralies de Haute Provence


En 1986 fut crée à Valensole, sur le plateau du même nom, à l’initiative du Maire de cette ville et de son épouse, Monsieur et Madame Maurice Chopin et avec le soutien actif de Patrick Roudeix (alors directeur de la station thermale de Gréoux-les-bains), l’association du Festival Mondial des contes populaires du plateau de Valensole.

Elle avait pour buts de promouvoir le pays à travers une manifestation qui correspondait bien à une sensibilité provençale et évidemment celui de faire connaître les contes et conteurs de la région.

Ils s’adressèrent Bruno de La Salle pour mettre en œuvre ce projet ou du moins une manifestation qui se rapprocherait de leurs ambitions, il y ajouta le principe de faire recevoir des conteurs « venu d’ailleurs » par des conteurs régionaux. Ce qui allait donner à l’événement, une nouvelle dimension et une originalité qui seront une des raisons du succès de ce nouveau festival.

C’est ainsi que furent créées « Les Oralies » de Haute Provence qui allaient connaître un grand succès de 1986 à 1989.

Elles furent parrainées et animées par Yvan Audouard, Per jakez Hélias et Frédéric Pottecher, chacun d’entre eux, à un titre ou à un autre, très attachés à la Provence et à la parole narrative. Elles furent aussi rapidement soutenues par d’autres personnalités en amitié avec les fondateurs venant des mondes universitaires, artistiques ou littéraires, par celui des occitanismes et évidemment par les nouveaux conteurs.

Il s’agissait d’organiser une manifestation commune et fédérative par le moyen de la parole contée, dans une vingtaine de villages ou villes du département des Alpes de Haute Provence (Valensole, Gréoux les bains, Riez, Saint Martin de Brôme, Saint Julien le Montagnier, Allemagne en Provence, Puimoisson, Manosque, Forcalquier, Dignes les bains, Mane, Vinon sur Verdon, Pierrevert, Moustiers Sainte Marie, Montjustin, Montfuron, Montjutin, Volonne, Esparron, Colmar les Alpes, Les Mées, Quinson, Sainte Tulle, Corbières,…) Elle serait d’abord à destination des habitants de cette région, après la saison touristique, en automne , pour que se reconstruise un lien social et sensible qui risquait de distendre devant l’afflux des nouveaux arrivants qui venaient s’installer dans la région.

Il s’agissait aussi d’offrir aux nombreux curistes de la station thermale de Gréoux les bains l’occasion de découvrir la Haute Provence et ses habitants pendant une période plus calme au cours de laquelle avaient lieu, entre autres, la récolte des lavandes et quelques fêtes traditionnelles.

Chaque village devait organiser son propre événement par des défilés, des repas collectifs réalisés à partir de recettes locales, des narrations de conteurs locaux et l’accueil de conteurs, de chanteurs ou d’hommes de lettres venus d’ailleurs célèbres ou qui le deviendraient (entre autres Guy Béart, Pierre Perret, Ricet Barrier, Henri Gougaud, Michel Hindenoch, Catherine Zarcate, Claude Sicre, Dick Annegarn, Anne-Marie Carrière, Henri Tisot , Julos Beaucarne, Jean-Pierre Chabrol, Manfei Obin, Plume d’Aigle, Daniel Hérero, Kouyate, Hamed BOUZZINE, Massilia Sound Système, Guy Gilbert, Jean-Marie Carlòtti, Negrita, Jacques Lacarrière, Yannick JAULIN, et bien d’autres.

Pris en charge et proposés par la programmation générale soutenue financièrement par la Chaîne thermale du soleil, le Conseil général, la Région PACA et le Direction Régionale des Affaires Culturelles.

Cette manifestation permit de proposer à tous les festivaliers
- des séminaires comme celui intitulé « La Parole menacée »,
- des conférences matinales données sur des sujets historiques comme celles que donna régulièrement Régine Pernoux, ou ethnobotanistes par Pierre Lieutaghi conservateur du parc de Mane, ou littéraires avec Per jakez Helias.
- de participer au jury au premier et unique festival du livre sonore présidé par Antoinette Fouque.
- des promenades contées, inventées à cette occasion avec, avec entre autres, Yvan Audouard dans son pigeonnier de Fontvieille, avec Frédéric Pottecher au tribunal de Digne où avait eu lieu le jugement de l’affaire Dominici, sur les hauts du massif du Verdon avec le berger Marcel Scipion et dans bien d’autres endroits propices à la parole, notamment autour de Jean GIONO, Pierre Magnan …
- de proposer des baignades contées au cours desquelles on pouvait entendre, allongé dans une eau chaude et confortable et dans la pénombre de grottes thermales, des contes ou des chansons.
- de se mêler, enfin, au final, à un aïoli géant et à la foule d’un marché de la parole et de la gastronomie au cours duquel , conteurs, camelots, marchands, agriculteurs et artisans proposaient leurs marchandises sonores, gustatives ou vestimentaires.

Cette manifestation fut réalisée grâce à l’aide d’un grand nombre de bénévoles, à celles de toutes les associations locales, des services municipaux et des élus locaux, du personnel de la Station thermale de Gréoux les bains, du journal Le Provençal, Jean-Claude LATTES des « Editions Hachette » et enfin et surtout de l’aide désintéressée et militante de Patrick Roudeix dont on peut dire qu’il en fut le directeur exécutif.

Elle prit fin dans cette forme après son départ et celui de Bruno de La Salle. Elle fut poursuivie, dans des proportions moindres, pendant encore 5 années avec le soutien de la Bibliothèque départementale et n’existe plus aujourd’hui...

Si depuis



© 2019 Patrick ROUDEIX, Webmestre du site... du Portail "www.mondoral.org"
407