Du 7 octobre au 25 novembre en Eure et Loir, 45 représentations avec 25 artistes passionnés, 17 conteurs et 8 musiciens pour rendre hommage à la féminité et à la maternité. De jeunes talents prometteurs ou des conteurs confirmés de Beauce ou d’Afrique, de Bretagne ou d’Haïti. Avec, cette année, un invité d’honneur : Yoshi Oïda, un grand monsieur du théâtre et du cinéma !
 
Cie HAMSA

 Présentation



Cie Hamsa – présentation, soutiens et créations

La Compagnie Hamsa a été crée en 1986 par Pascal Fauliot, conteur, et Martine Salmon, chorégraphe et metteur en scène. Elle fut l’une des premières à proposer des Spectacles de contes interdisciplinaires en intégrant des musiciens et des danseurs.

Ses créations de contes musicaux et chorégraphiques, autour de grands mythes, des épopées et des légendes, se font très tôt remarquées et tournent aussi bien dans le réseau des premiers festivals de contes (Chevilly-Larue, Grenoble, Dunkerque, Mythos) que dans celui des C.A.C.- futures Scènes Nationales. (Douai, St Brieuc, Compiègne, La Roche s/yon)
Tout d’abord implantée en Val de Marne, la Cie y reçoit l’aide à la création départementale, ainsi que celle de la Ville et du Théâtre d’Ivry et du Centre Culturel d’Orly.

Une fois installée en Eure et Loir en 1990, elle est subventionnée par le Conseil Général et bénéficie à plusieurs reprises de l’aide à la création de la DRAC et de la Région-Centre, des Villes de Chartres, Dreux, Gallardon, Epernon, ainsi que du soutien du Théâtre de Chartres, des Prairiales d’Epernon, de l’ADAMI, des JMF, de Spectacles en Recommandé (Ligue de l’Enseignement), du Centre des Arts du Récit en Isère, du CLIO, de la Scène Nationale de Dunkerque, de la Ville et du Festival Tréteaux dans la soirée d’Auxerre, du Centre Culturel Algérien. Ses dernières créations sont programmées dans le réseau des médiathèques et des festivals de contes, des musées nationaux (Quai Branly, Guimet, Louvre), dans des festivals interdisciplinaires (Des Lyres d’été de Blois, Tréteaux d’Auxerre, Les Nuits d’Orient de Dijon, Vand’Influences de Vandoeuvre), dans des centres culturels et des Scènes Nationales (Vandoeuvre, La Crié de Marseille).

En 2000, la Compagnie crée le Festival du Légendaire sous la direction artistique de Pascal Fauliot. Elle l’organise avec la collaboration de la FOL d’Eure et Loir et lui donne une dimension départementale. Elle est actuellement missionnée par le Conseil Général d’Eure et Loir, soutenue par le Ministère de la Culture (DRAC) et le Conseil Régional du Centre pour le Festival et son action de sensibilisation autour du conte. Elle organise ainsi des animations et des ateliers en milieu scolaire, hospitalier, pénitentiaire, auprès des jeunes et des associations de lutte contre l’illettrisme dans les quartiers. Le festival programme en moyenne 40 représentations (20 tout-public et 20 scolaires) dans une douzaine de communes, des ateliers de sensibilisation et de formation à l’art du conte et à la littérature orale, des expositions. Sa fréquentation moyenne est de 5000 spectateurs.

PRINCIPALES CREATIONS DE LA CIE HAMSA

« SORTILEGES », d’après la mythologie irlandaise
Mise en scène, chorégraphie et scénographie de Martine SALMON, Texte de Pascal FAULIOT, musique de Jean-Paul AUBOUX.
avec 3 danseurs et 1 conteur
Aide à la création du Conseil Général du Val de Marne - Co-production Théâtre d’Ivry.
Créé en 1987 au Théâtre d’Ivry. Tournée Scènes Nationales de Douai et St-Brieuc, T.J.P. de Strasbourg (Centre Dramatique), Festival « Les Tombées de la Nuit »-Théâtre de Rennes, Théâtres municipaux de Béthune, Beauvais et Maisons-Alfort, Centres culturels d’Orly, Buc, Mantes la Ville, Creil, Mayenne, Les Arcs. (51 représentations)

« PERSEE » , d’après la mythologie grecque.
Mise en scène, chorégraphie et scénographie de Martine SALMON, Texte de Pascal FAULIOT, musique de Jean-Paul AUBOUX.
Avec 4 danseurs comédiens et 1 conteur.
Aide à la création du Conseil Général du Val de Marne - Co-production Centre Culturel d’Orly.
Créé en 1989 au Centre Culturel d’Orly
Festival de Danse des Amandiers de Paris, C.A.C. de Compiègne, Théâtres municipaux de Roânne, Vésoul, Montreuil, Grand Quevilly, Luxeuil-les-Bains et Aubagne.
Nouvelle version en 1995 à la Salle des Fêtes de Pithiviers dans le cadre d’une résidence soutenue par la D.R.A.C. du Centre (Direction du Théâtre).Festival International de Théâtre Gestuel de Prague. (26 représentations)

« SIPAPOUNI », d’après les mythes et poèmes des Indiens de l’Arizona.
Mise en scène, chorégraphie et scénographie de Martine SALMON, Texte de Pascal FAULIOT, musique de Jean-Paul AUBOUX. Avec 2 danseurs et 1 conteur
Co-production de la C.C.A.S. d’E.D.F.-G.D.F. et du Théâtre de Chartres.
Avant-Première en 1992 au Festival du Conte de Chevilly-Larue
Tournée nationale Centres de vacances C.C.A.S. d’EDF, Théâtre de Chartres,Centres Culturels d’Orly et de La Ferté-St-Aubin, Salles des Fêtes de Pithiviers, du Blanc et d’Olivet.(30 représentations)

« SENTIER POLLEN » , légende épique des Indiens de l’Arizona.
Conteur Pascal FAULIOT. Percussions Jean Jacques BARBETTE. Mise en espace Martine SALMON. Eclairages Pascal CHASSAN.
Création en 93 au Théâtre Populaire de Lorraine (Centre Dramatique), Salon Régional du Livre Jeunesse de Troyes, Festival du conte de Dunkerque, COMPA de Chartres, Espace Giraudeau de Tours, Centres Culturels de Gravelines et Segré, Médiathèques de Boulogne s/Mer et Cergy, Salles des fêtes de Bailleul, Maurepas, Dreux, Argenton s/Creuse, Chambray les Tours, Pithiviers, Gallardon, Amilly, Luisant, Montsûrs, St Rémy s/Creuse, Conservatoire de Musique de Nandy, Théâtre Jeune Public du Chinonais, Théâtre Jacques Cœur de Bourges..(53 représentations)

« PERCEVAL » , d’après Chrestien de Troyes.
raconté et mis en scène par Pascal FAULIOT, accompagné par Marc ANTHONY à la vielle à roue électro-acoustique.
Création en 94 au Festival « Les Arts du Récit » de Grenoble, tournée dans les Festivals « Rendez-vous conte ! » de St Jean de Braye, « Conteurs en Campagne » du Nord-Pas-de-Calais, « Une Semaine qui Conte » de Dunkerque, Paroles Plurielles de Bois, du Légendaire en Eure et Loir, du conte en Charente, Mythos à Rennes, La Baleine Qui dit Vagues Le Centre de l’Imaginaire Arthurien et de nombreuses médiathèques et en 2015 : La Criée-Scène Nationale de Marseille (plus de 150 représentations)

« L` ÉPOPÉE DU TOÍT DU MONDE », d’ après le cycle épique tibétain de Guésar
Mise en scène, chorégraphie et scénographie de Martine SALMON, Texte de Pascal FAULIOT et Tenzin GONPO, adaptation de musiques et danses traditionnelles de Tenzin GONPO.
Avec 1 danseur-comédien, 1 danseur-comédien-musicien et 1 conteur
Co-production des Jeunesses Musicales de France et du Centre Culturel d’Epernon. Aide à la création de la D.R.A.C. du Centre-Ministère de la Culture-, de l’ADAMI, du Conseil Régional du Centre et du Conseil Général d’Eure et Loir.
Créé en 1997 au Centre Culturel d’Epernon. Tournée Festival Paris Quartier d’Eté, Scène Nationale de La Roche s/Yon, Théâtres Municipaux de Raôn l’Etapes, Bourg en Bresse, Calais, Brive, Argentan, Clamart. Centres Culturels d’Orsay, Chauny, Villebon, Gif s/Yvette, St Rémy les Chevreuses, à la Salle des Fêtes de Wattrelos, au Théâtre des Mazades de Toulouse, au Family de Landerneau, à l’Atrium de St Avertin, à l’Atelier de Vesdun, à la Maison du Théâtre d’Amiens, au Festival de Théâtre contemporain de Nogent le Rotrou, au Théâtre de la Rianderie de Marcq en Baroeul, au Grand Palais de Lille,
et dans une version en duo : au Festival Paroles Plurielles de Blois, au Festival de l’Himalaya de Paris, au Musée Guimet et dans de nombreuses médiathèques. (plus de 100 représentations)

« Ish & Isha ou la véritable histoire d’Adam et Eve ! », d’après les traditions juives, chrétiennes et musulmanes.
Avec Pascal Fauliot, récit, Michel Hindenoch, récit, chant et musique, Martine Salmon, récit, gestuelle et mise en scène.
Aide à la création de la D.R.A.C. du Centre-Ministère de la Culture-, du Conseil Régional du Centre et du Conseil Général d’Eure et Loir. Co-production du Centre des Arts du Récit de Grenoble. Avec le soutien du CLIO.
Créé en 2000 à l’Eglise de Gallardon pour le Festival du Légendaire.
Chapelle St Jacques de Vendôme, Festival des Arts du Récit en Isère, Festival du Conte à Lyon, repris Salle Doussineau de Chartres pour le Festival du Légendaire 2003.(12 représentations)

« La Quête de Graëlent », d’après les lais de Marie de France, des légendes celtiques médiévales et la poésie des troubadours.
Mise en scène et gestuelle de Martine Salmon, adaptation littéraire de Pascal Fauliot et musique de Marc Anthony.
Avec Marc Anthony, Pascal Fauliot et Martine Salmon.
Aide à la création du Conseil Régional du Centre, du Conseil Général d’Eure et Loir et de la Ville de Chartres.
Créé en 2002 Salle Doussineau à Chartres pour le Festival du Légendaire.
Festival du Conte en Charente, Centre Mandapa à Paris, Salle du Chapitre de l’Abbaye de Bonneval, Festival Conteurs en Touraine. (12 représentations)

« Le Rire du Dragon » contes et légendes de Chine, d’après « les contes des sages taoïstes » de P. Fauliot aux éditions du Seuil.
avec Martine Salmon, conte et gestuelle, Pascal Fauliot, conte et Guo Gan, vièle chinoise.
Aides à la création du Conseil Général d’Eure et Loir, de la Scène Nationale de Dunkerque, des villes de Toulon et Mainvilliers.
Création en 2004 au Centre Mandapa-Paris. Tournée au Musée des Arts Asiatiques de Toulon, Festival « Quai de Chine » organisé par la Scène Nationale de Dunkerque, Festival du Conte en Charente, Festival du Légendaire, Médiathèque de Calais, Fêtes de la Lumière à Chartres, Médiathèque de St Quentin en Yvelines, Festival T’es pas chap !, Musée du Quai Branly, Médiathèque du Musée du Louvre. (18 représentations)

« Le maître de thé et le samouraï », contes zen et légendes japonaises.
Texte et mise en scène de Pascal Fauliot, avec Pascal Fauliot, conteur et Nobuko Matsumya, chant et koto.
Création en 2006 au Festival du Légendaire. Tournée au Festival Vent d’Influences, Scène Nationale de Vandoeuvre, Festival Epos de Vendôme, Festival Couleurs Conte de Strasbourg, Centre Culturel Bertin Poiré, Espace Culturel l’Hermine et plusieurs médiathèques (16 représentations)

« Le samouraï d’un pouce », contes merveilleux japonais.
Texte de Pascal Fauliot, Mise en espace de Martine Salmon, musique d’Emiko Ota.
Avec Pascal Fauliot, conte et Emiko Ota, chant et percussions.
Création au Festival du Légendaire 2008, avec l’aide de la Ville de Dreux et résidence au Centre Culturel des Bâtes.
Tournée au Musée Guimet, Festival Des Lyres d’Eté de Blois, Salle Doussineau de Chartres et dans de nombreuses médiathèques (34 représentations)

« Le chant de la Taïga », contes et légendes de Sibérie.
Texte de Pascal Fauliot et Patrick Fischman, d’après leurs « contes des sages chamanes » (Seuil)
Avec Pascal fauliot, conte, chant et percussions, et Patrick Fischmann, conte, chant et musiques.
Co-production Théâtre du Vivant, avec l’aide du Conseil Général du Cher.
Création aux Rencontres Chamaniques et au Festival du Légendaire 2009. Tournée dans les Festivals Rumeurs Urbaines, Amun, de l’Himalaya, Festi’mots, ça conte pour nous, Scènes Euréliennes, Moissons d’Hiver, Les Bienfaits, au Centre Culturel des Bâtes et dans plusieurs médiathèques. (22 représentations)

« la Fille du Roi des génies », conte des 1001 Nuits
Texte de Nezha Chevé et Pascal Fauliot, mise en scène et scénographie de Pascal Fauliot, musique de Wassim Ben Chaouacha, chorégraphies de Najet.
Avec Nezha Chevé, conte, chant et danses et Wassim Ben Chaouacha, oud, synthétiseur, percussions.
Aide à la création de la Ville de Chartres, résidence à la salle Doussineau dans le cadre du Festival du Légendaire. (2012)
Tournée à l’Institut du Monde Arabe, Centres Culturels de Luisant, du Lièvre d’or de Dreux, Festival Scènes Euréliennes et plusieurs médiathèques (18 représentations)

« l’Oiseau Bulbul » et autres contes des 1001 Nuits.
Textes de Malika Halbaoui. Direction artistique Pascal Fauliot.
Avec Malika Halbaoui, conte, slam, gestuelle, Kahina Afzim, chant, qanoun, danse et Michaël Amouyal, percussions.
Co-production Les Inédits de l’Yonne. Avec le soutien de la Ville d’Auxerre, du Festival du Légendaire et du Centre Culturel Algérien.
Création fin 2013 au Festival Les Nuits d’Orient de Dijon. Tournée : Centre Culturel Algérien, Festivals Tréteaux dans la Soirée et du Légendaire, réseau des bibliothèques de Paris, médiathèques d’Evreux, de Villemomble, de Chauny... (12 représentation - tournée en cours-)

« Les fiancées d’Anzar » -contes, poésies, musiques et danses berbères – hommage à la femme amazigh
Textes de Malika Halbaoui. Musique de Kahina Afzim et Mokrane Adlani, Direction artistique Pascal Fauliot
Avec Malika Halbaoui (conte, slam), Kahina Afzim (chants et danses traditionnelle s) Mokrane Adlani (violon, percussions, oud électro acoustique) Co-production : Les Inédits de l’Yonne. Avec le soutien des Ville d’Auxerre et de Luisant et du Festival du Légendaire.
Avant-Première au Festival Tréteaux dans la soirée 2015. Création à la Salle A.Malraux de Luisant (Festival du Légendaire). Tournée prévue : Centre Mandapa, Centre Culturel Algérien, Université d’Agadir et Instituts français du Maroc.

COMPAGNIE HAMSA - EXTRAITS DE PRESSE

« Une fort belle histoire, servie par une chorégraphe très lyrique, un conteur et une danseuse remarquables de sensibilité et d’expressivité. Les lumières, fascinantes, éclairent l’espace de manière irréelle qui sert admirablement l’atmosphère du conte ».
LES SAISONS DE LA DANSE -mai 87-

« Le conteur joue ici un rôle essentiel, il amorce le récit, sa parole étant déjà rythme, puis il se fait physiquement plus discret, laissant la place aux danseurs, qui vont, non pas illustrer, mais mettre en sensations et en émotions ce langage poétique, onirique par excellence. L’adéquation est rigoureuse tant conteur et danseurs respirent et vivent sur le même souffle. C’est net, précis, bien soutenu par la musique et les éclairages. »
A. Cabanis, Inspecteur National du Théâtre Jeune Public.
LE MONDE DE L’ EDUCATION -juin 87-

« Martine SALMON n’a désormais plus sa pareille pour raconter une histoire. Pas la moindre fausse note dans sa dernière oeuvre, Persée, qui fait étrangement penser, tant sur le plan conceptuel que musical, à l’Histoire du Soldat de Stravinsky... Cette artiste est autant chorégraphe que metteur en scène et a l’art de s’entourer d’un musicien et d’un conteur de valeur. Toute cette équipe se connaît depuis plusieurs années et chaque nouveau Spectacle qui naît de leur collaboration est plus abouti que le précédent... »
LES SAISONS DE LA DANSE -octobre 89-

« Il est tout-à-fait intéressant de voir dans ce Spectacle un partage, ou plutôt une alliance constante entre le conteur, les musiciens et les danseurs... La violence du texte, la musique originale, les rythmes mêlent le tragique à l’espoir. Voilà un Spectacle fort. »
A. Cabanis, Inspecteur National du Théâtre Jeune Public.
LE MONDE DE L’EDUCATION -juin 89-

« Sipapouni, le lieu de l’Emergence dans la langue des Indiens pueblos : derrière ce mot étrange se cache un Spectacle « total » conjuguant avec une rare réussite le théâtre, la musique et la danse... Le ton de Pascal Fauliot a ce parfum de mystère qui sied si bien à l’univers du conteur... Les danseurs écrivent dans l’espace les lettres fugitives d’un éblouissant poème, remarquablement soutenu par une musique presque irréelle. »
G. Leprince. Expert-théâtre D.R.A.C. du Centre. LA REPUBLIQUE DU CENTRE -juin 93-

« Ce récit dansé donne lieu à une suite de pas de deux, et de trois -tant le conteur est impliqué dans la légende- superbes, languides et imprévus, tour à tour marqués par la douceur, la violence et la douleur, en harmonie avec une lumière subtile. »
LES SAISONS DE LA DANSE -juin 94-

« La petite salle du théâtre populaire de Lorraine a connu des instants de pur bonheur. Sans esbroufe, ni effet platement théâtral, Pascal Fauliot et Jean-Jacques Barbette ont investi l’espace scénique dessiné et épuré par Martine Salmon. La voix et la musique, lovées l’une à l’autre, suivent une errance qui s’intensifie comme une spirale. Au diapason du conte qui croise et enchevêtre les mots pour faire résonner un message universel que le public, comblé d’émotions et de rires complices, a butiné avec ravissement. »
F. Meyer - Expert-théâtre D.R.A.C. de Lorraine. LE REPUBLICAIN LORRAIN -décembre 93.

« Une œuvre superbement interprétée grâce à une parfaite symbiose entre la voix et la gestuelle du conteur, et la musique de Marc Anthony. Le musicien exécute de véritables prouesses à la vielle électro-acoustique, il tire de son instrument une impressionnante gamme de sonorités »
LA VOIX DU NORD

« L’épopée de Perceval a soulevé l’enthousiasme. Ou plutôt la verve et la gestuelle brillantes de Pascal Fauliot, portées par les images musicales nées des sonorités magiques de la vielle à roue électro-acoustique de Marc Anthony. »
LA REPUBLIQUE DU CENTRE

« Musique originale et chorégraphie éblouissante, toutes deux soutenues par un récit prenant, parfois pathétique, parfois drôle. Spectacle fort dans un décor surprenant et irréel. »
LA DEPECHE DU MIDI -mars 97-

« Un Spectacle total, bien structuré, plein d’émotions et de poésie, interprété de façon remarquable, le tout avec un éclairage particulièrement efficace. »
SUD OUEST -mars 97-

« Un Spectacle original résultant du métissage de deux cultures. Une épopée tibétaine millénaire servie par une mise en scène contemporaine très sobre. Un Spectacle de qualité. »
OUEST FRANCE -février 97-

« Une belle performance. On était pris par la beauté de l’ensemble. Beauté du texte, des voix et des gestes dans l’incroyable harmonie de cette église de Gallardon. J’ai aimé aussi les mouvements justes de Martine Salmon, surtout dans la danse immobile, si simple et humaine. »
Annie Loire – RADIO GRAND CIEL –octobre 2000

« Un Spectacle surprenant d’originalité. Ce récit musical très dépouillé a surpris le public peu habitué à cette version de la Bible. Beaucoup d’idées reçues ont été mises à mal avec un Satan de blanc vêtu et toujours « théologiquement correct » qui explique les raisons de son opposition à Dieu, un Adam qui retrouve son androgynat primordial et qui donne naissance à Ish et Isha, le Premier Homme et la Première Femme. Cette création théâtrale peut devenir le point de départ d’une véritable quête pour celui qui désire en savoir plus que ce qu’on lui a appris dans sa jeunesse. »
LA REPUBLIQUE DU CENTRE –octobre 2000

« La version de la Compagnie Hamsa, subtil mélange de voix parlée, de musique vivante et très présente, et de trouvailles visuelles fut de toute beauté, toujours prenante, souvent drôle, quelquefois pathétique, avec ce qu’il faut de mise en scène pour que le spectateur subjugué puisse construire, en toute liberté, sa propre vision de l’épopée. »
LA REPUBLIQUE DU CENTRE -octobre 2002
« La conteuse et danseuse Martine Salmon était accompagnée au ehru, sorte de vièle chinoise, par Li Yan. Pendant plus d’une heure trente, le public (toutes générations confondues) s’est laissé entraîner par la diction parfaite de la conteuse qui multipliait les mouvements inspirés du kung fu et du qi gong. La musique lancinante les a emmenés jusqu’à la princesse à marier, l’apprenti musicien et son maître taoïste, jusqu’à l’artiste qui rendit furieux l’empereur avant de l’émerveiller avec sa peinture. Et après cette excursion en Chine, il a bien fallu atterrir … »
LA VOIX DU NORD. octobre 2005

« La vièle chinoise évoque tour à tour des ambiances comme la course de chevaux ou le bruissement de l’eau et des sentiments intérieurs comme le déchirement, la supplication… Des récits sonores, mimés, dansés, gestués, les mouvements précèdent les mots, accentuant les symboles… Le silence est dense, chacun est tenu en haleine… Ancienne chorégraphe et danseuse contemporaine, Martine Salmon est devenue poète, elle réécrit plusieurs fois les contes qu’elle choisit jusqu’à trouver les mots qui disent le mouvement et le sentiment du personnage. Son corps se met naturellement à bouger d’où sa très grande présence sur scène. Aucun Spectacle n’est identique car le texte, la conteuse et la musicienne sont en constante évolution. »
L’ACTION REPUBLICAINE – novembre 2005

« Le conteur, pendant tout le Spectacle, est le maître du jeu. Par un phrasé juste et par la maîtrise des émotions, il introduit les personnages, fait les commentaires, relie les scènes jouées et dansées…
A chaque tableau, Tenzin Gönpo joue d’un instrument différent : luth à long manche, vièle à deux cordes, cymbales ou flûte en bambou. Il chante, il danse, il mime, la scène soudain semble trop petite ! Il est tantôt Guésar, guerrier redoutable et chaman laïque, homme faillible et pourtant divinité incarnée, tantôt Lützen, un tyran démoniaque. »
OUEST FRANCE – mars 2007
« Le conteur Pascal Fauliot, spécialiste du Japon, et sa complice Emiko Ota, percussionniste, ont enchanté pendant une heure la salle avec deux contes japonais... Ces aventures trépidantes et magiques ont beaucoup plu aux enfants, très impressionnés et ravis du jeu du conteur et du son des percussions."
LA NOUVELLE REPUBLIQUE – novembre 2008

« Pascal Fauliot et Tenzin Gönpo ont envoûté les spectateurs avec le charme de la culture tibétaine. »
LA REPUBLIQUE DU CENTRE – mai 2010
« La voix profonde, Malika Halbaoui déroule l’histoire de Farizade qui incarne l’héroïsme au féminin. La conteuse a su séduire son public. Un beau voyage dans l’imaginaire oriental des Mille et Une Nuits avec des chansons, des danses et des musiques envoûtantes interprétées par Kahina Afzim et Michaël Amouyal. »
L’ÉCHO-RÉPUBLICAIN – octobre 2014

« L’expressive conteuse Malika Halbaoui était accompagnée par deux excellents musiciens, sous la direction artistique de Pascal Fauliot. Cette compagnie est à la hauteur des Spectacles inoubliables de Peter Brook, tel le Mahabharata. Malgré le vent frais, le public a été transporté au pays des contes poétiques et émerveillé par ces artistes d’une grande qualité professionnelle. »
LE JOURNAL DU CENTRE – septembre 2015



© 2017 Patrick Roudeix, Webmestre Mondoral du Portail "www.mondoral.org"
14289 Site dynamique géré par : Le Légendaire